We Will Punk You! | The One Hundred à la Boule Noire (Paris – 15 octobre 2017)
195
post-template-default,single,single-post,postid-195,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

The One Hundred à la Boule Noire (Paris – 15 octobre 2017)

           

   Les anglais de The One Hundred étaient présents ce dimanche 15 octobre à la Boule Noire, pour leur premier concert en tête d’affiche dans la capitale. La dernière fois que nous avions vu le groupe à Paris, c’était en première partie de Don Broco à la Maroquinerie, et quelques mois encore avant, ils ouvraient pour Crossfaith au Trabendo. C’est particulièrement le titre Downfall qui nous avait fait très grande impression, et qui nous avait donné envie de nous intéresser davantage au groupe et de retourner le voir sur scène.

image

Cette fois-ci accompagnés d’un autre groupe anglais ; Bad Sign et des français Claustrofrog, ils ont su faire bouger la foule de la Boule Noire, pas totalement complète mais remplie de fans motivés. Nous sommes (malheureusement) arrivées un peu trop tard pour vous parler des premiers sur scène. En revanche, en ce qui concerne Bad Sign, nous n’en avons pensé que des belles choses ! Trois musiciens sur scène, ayant l’air incroyablement humbles et franchement talentueux. Une belle surprise donc ; tout droit sortis de Londres ils nous ont présenté quelques titres de leur nouvel album Live & Learn et crée une atmosphère agréable tout au long de leur set. La troisième piste du set, Certitude, est celle qui nous a le plus conquises. Après une dernière chanson entrainante instrumentalement parlant, ils quittent la scène devant une foule satisfaite en ajoutant, très poliment ; « Thank you for making our first time in Paris so great, be safe! »

image

Le temps d’un court changement de plateau et The One Hundred font leur entrée sur scène. La première chose que nous tenons absolument à souligner, c’est la super atmosphère qui règne à leurs concerts. Ces mecs ont le pouvoir de rendre les gens heureux ; que ce soit par les blagues assez géniales de Jacob Field, au chant, ou ses mouvements de danse complètement décalés, par les sourires fixés sur les visages des autres membres, Tim Hider, Phil Kneller et Joe Balchin, ou encore par la bonne humeur générale qui dégage de la scène. Pas besoin d’être un fan hardcore du groupe pour apprécier ce moment ! C’est léger, c’est simple d’être là, ça défoule, ça rend content, tout le monde s’éclate et profite du moment. Une très belle surprise donc, d’autant plus que nous ne savions pas réellement à quoi nous attendre, ne connaissant pas très bien le groupe à l’origine. Le groupe se présente et demande qui les a déjà vu en concert avant. Deux clans bien distincts semblent se former dans la salle. D’un côté ceux qui les ont vus avec Don Broco, et de l’autre, ceux qui les ont vus avec Crossfaith. The One Hundred enchainent avec Unleashed. Puis quand les accords de Monster résonnent, on comprend vite que c’est une favorite des fans. Tout le monde chante en cœur (pour les connaisseurs) ou tente de prendre les paroles du refrain en cours de route « ‘Cause I’m a monster ! I come out of the dark, I stare you in the face and I’ll rip you apart. »

Vient le tour de « Who We Are Now », que le groupe introduit comme ‘la chanson la plus douce de l’album’, et qui fait doucement sourire les adeptes du « plus doux ».  Le chanteur s’excuse en rigolant auprès des fans qui aiment les tonalités plus agressives, mais au final, personne ne semble se plaindre du changement d’ambiance, qui de toute façon, ne durera pas très longtemps. Après Fake Eyes / Hand Of Science, le groupe marque une courte pause pour remercier les fans de leur présence et souligner qu’ils n’auraient jamais pensé voir autant de monde sur cette première date en tête d’affiche européenne. « It’s our laaaast soooooong » tease Jacob en adressant plusieurs clins d’œil complices au public, qui s’écrie en cœur « KINGSMEN ! ». Là encore, ils nous présentent de belles paroles, et tout le monde chante dans un beau moment de communion cette chanson de leur premier EP; « Alright that’s right, broken again. So stand up, all you kingsmen ». Cette histoire d’Encore ne semble pas leur tenir particulièrement à cœur, mais The One Hundred s’éclipsent quand même derrière la scène à la fin de cette « dernière chanson ». Le public en réclame d’autres, pendant que le chanteur, qui a gardé son micro, continue à hurler dedans depuis les coulisses : « We can’t hear yooOoOOOOoooOOOu

Après un passage vraiment très bref en backstage pour le principe, les anglais reviennent sur le rythme atypique et puissant qui caractérise le début de Chaos & Bliss. Puis, le concert s’achève sur Downfall, également tiré de leur EP Subculture. C’est l’heure de perdre sa vie une dernière fois dans les mosh pits, et de hurler tout ce qu’on a sur le cœur !

[Setlist complète : Intro / Dreamcatcher, Breed, Dark Matters, Unleashed, Boomtown, Disengage, Monster, Blackjack, Feast, Who We Are Now, Fake Eyes / Hand of Science, Kingsmen, Chaos & Bliss, Downfall.]

Auxane Beau
Auxane Beau
auxane@wewillpunkyou.com

J'aime beaucoup trop d'artistes pour pouvoir en faire une liste ici mais retenez déjà Casey et Boston Manor, ça ira pour commencer !