We Will Punk You! | Bad Omens au Backstage By The Mill
192
post-template-default,single,single-post,postid-192,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Bad Omens au Backstage By The Mill

C’est le sourire aux lèvres, en cette veille d’Halloween, que nous nous sommes rendues au Backstage By The Mill pour le concert tant attendu de Bad Omens. Nous les avions raté de peu lors de leur précédente venue dans la capitale en juin dernier, et il nous tardait d’enfin les découvrir en live ! Partageant la scène ce soir-là avec un autre groupe américain Slaves, nous y avons également découvert Oscar Versus Tango Nine (OVTN), un groupe français comme on les aime.

image

Avec non pas une seule, mais bien deux femmes aux micros, OVTN ont ouvert la soirée de façon prometteuse. Dès la première chanson on ne peut s’empêcher de sourire en se disant que ça fait bien plaisir de voir des nanas hurler sur scène. C’est donc un réel élan de bonne humeur qui s’empare du Backstage tandis qu’OVTN nous interprètent les quatre chansons de leur premier EP Smiley Baby ainsi que deux autres titres; Tweib et Madness. Mention spéciale pour Pornstar, dont vous pouvez retrouver le clip juste là, et qui clôture leur set avec énergie et humour. Malgré une salle encore à peine à moitié complète, la foule prend part aux premiers mosh pits de la soirée, que l’une des deux chanteuses rejoint avec joie. Le groupe nous a bien plu alors on en profite pour vous glisser quelques infos : Oscar Versus Tango Nine nous réservent un nouvel EP pour 2018 ainsi qu’un nouveau clip, et vous pourrez les retrouver sur cette même scène le 25 novembre prochain, en première partie d’Eskimo Callboy !

image

La salle se remplit encore très doucement lorsque Slaves font leur entrée sur scène quelques minutes seulement après le départ des français. L’impressionnant Jonny Craig s’empare du micro et sa voix provoque plusieurs regards scotchés sur les quelques visages inhabitués. La performance du groupe est des plus belles, mais l’ambiance générale dans la pièce est un peu lourde ; seulement quelques âmes éparpillées chantent en cœur avec les américains, et ce malgré le peu d’interactions entre les fans et les musiciens. Cela ne nous empêche cependant pas d’admirer la puissance de la voix du chanteur et d’apprécier l’enchainement des chansons ! Jonny Craig nous remercie d’être présent pour la dernière date de leur très longue tournée, et introduit la prochaine chanson : Drowning In My Addiction, première piste de leur album Routine Breathing. Émouvante et particulièrement dure, il n’est pas difficile de deviner que c’est une chanson douloureuse à jouer. Le set se poursuit avec I’d Rather See Your Star Explode, dernier single en date du groupe et qui figurera sur l’album Beautiful Death, dont la sortie est prévue pour janvier 2018. Nous avons par ailleurs pu découvrir des nouveaux extraits en live, dont True Colors ou encore The Pact et il nous tarde d’écouter l’album !

 

La soirée se poursuit avec le troisième groupe programmé ce soir-là : Bad Omens. La salle est toujours un peu vide mais nous n’en tenons pas compte tant la motivation se ressent dans les premiers rangs et même jusqu’aux fans accoudés au bar. Nous nous plongeons immédiatement dans une ambiance plus sombre à l’instant où les premières notes de Glass Houses éclatent et où le public s’époumone « I see through you ! I know what you are ! I’ve seen the Devil more than i’ve seen God. ». La situation semble plaire au chanteur Noah Sebastian, visiblement très heureux d’être de retour à Paris, qui salut ses fans avec un sourire sincère et continue à chanter dans un bel esprit de communauté avec les plus proches de la scène.

image

Avec un seul album à leur actif ; l’éponyme Bad Omens, le groupe ne nous présente qu’un tout petit set de neuf chansons ne dépassant pas les quarante minutes. C’est un peu court mais nous ne gardons de ce concert qu’un très bon souvenir général, alors nous n’en tiendrons pas rigueur. Après Malice, puis Hedonist, c’est le fameux « I wanna feel! I wanna feel love again! » caractérisant le début de Reprise (The Sound Of The End) qui résonne dans la pièce. Sur cette chanson figure l’une des phrases les plus marquantes de l’album ; « There’s a thousand voices in my head, I just hope it doesn’t take a rope around my neck to put them all to rest ». S’ensuivent alors d’autres beaux moments de communion comme pendant le refrain de Broken Youth (« We are the numb / We are the broken youth / We come undone / We are the ugly truth » etc) ou encore pendant Exit Wounds (« DEAAAADDD on the inside! ») à la fin de laquelle le groupe quitte la scène.

L’heure arrive pour un petit rappel et les cinq musiciens reviennent sur scène pour interpréter The Letdown qui nous permet de mesurer encore plus amplement la puissance vocale de Noah. Très beau concert qui s’achève ainsi sous les applaudissements ravis des fans ! Rendez-vous sur notre page facebook pour découvrir les photos du concert.

[Setlist complète : Glass Houses, Malice, Hedonist, Reprise (The Sound Of The End), The Worst In Me, Feral, Broken Youth, Exit Wounds. Encore : The Letdown.]

Auxane Beau
Auxane Beau
auxane@wewillpunkyou.com

J'aime beaucoup trop d'artistes pour pouvoir en faire une liste ici mais retenez déjà Casey et Boston Manor, ça ira pour commencer !