We Will Punk You! | James Bay + Lily Moore à la Roundhouse
639
post-template-default,single,single-post,postid-639,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

James Bay + Lily Moore à la Roundhouse

James Bay brings the (Round)house down!

Le 29 mai dernier, c’est à Londres que James Bay a démarré sa toute nouvelle tournée. Le concert, dans la célèbre Roundhouse de Camden, affichait complet.

image

C’est à 20h tapantes que Lily Moore, choisie pour précéder James Bay sur scène au Royaume-Uni, fait son entrée. A seulement 19 ans, la puissance avec laquelle la britannique délivre ses textes est impressionnante. Une mise en scène simple, s’accompagnant d’une guitare sèche et de deux musiciens, et des chansons aux paroles parlant d’amour empreintées de mélancolie: elle est un choix évident pour accompagner James. C’est avec une voix qui n’est pas sans rappeler celle de Duffy ou d’Amy Winehouse, dont on sent que Lily s’inspire, qu’elle défend son tout premier EP Not That Special avec succès. Le public londonien est conquis.

A 21h, James Bay débute son concert. Fidèle à la présentation de son dernier opus Electric Light il ouvre son spectacle par la première piste Intro, sous forme de mini-métrage offrant aux spectateurs une courte plongée visuelle dans l’univers de l’album. C’est par Wasted On Each Other que James commence le show, suivi du second single d’Electric Light, en effet électrique Pink Lemonade. Un choix sans nul doute apprécié par les fans de la première heure: la setlist est composée à part quasi-égale de chansons du premier album Chaos and the Calm paru en 2015, que du dernier. C’est d’ailleurs honorant le nom de celui-ci que le britannique a misé sur un spectacle de lumières vives et varié comme élément principal de sa présentation scénographique.

Les morceaux s’enchaînent de manière harmonieuse, sans aucune fausse note ni moment ‘coup de mou’, James offrant une prestation juste et passionnée. «Sing it if you know the words!» dit-il à plusieurs reprises pendant le concert avant de commencer à chanter, mais les fans n’ont pas à se faire prier. Craving, If You Ever Want to Be in Love, Wild Love et Us (pourtant tout dernier single !) sont reprises en chœur par le public dans une atmosphère chaleureuse. Sur Slide les musiciens viennent rejoindre les deux choristes le temps d’une chanson ne laissant que la claviériste à la partie instrumentale, et le britannique nous propose ainsi une interprétation piano-voix sublimant le texte touchant de ce morceau délicat. C’est par une fin énergique que se clôt le concert, avec Best Fake Smile et l’incontournable Hold Back the River (sans avoir oublié son premier succès Let It Go un peu auparavant); avant un rappel de deux chansons. Pour celui-ci, James interprète en premier lieu une reprise de The Best de Bonnie Tyler, et termine par Need the Sun to Break, appréciée tout particulièrement par un public qui n’a pas vu passer l’heure et demie de concert qui vient de se dérouler.

N’ayant jamais vu James Bay en live auparavant et appréciant ses singles néanmoins sans avoir suivi de très près sa carrière, j’ai été très agréablement surprise par cette soirée. J’ai quitté la Roundhouse sans aucun doute un peu plus fan que j’y suis entrée, et vous encourage, si vous avez l’occasion, à aller le voir en concert ! Il passera par la France à l’Elysée Montmartre de Paris le 8 Juin prochain.

Electric Light de James Bay est disponible depuis le 18 Mai.

Not That Special de Lily Moore est disponible depuis le 25 Avril.

Maëlys Mendez
Maëlys Mendez
mae.mendez@hotmail.fr