We Will Punk You! | Laurel au Pop Up du Label
805
post-template-default,single,single-post,postid-805,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Laurel au Pop Up du Label

Il y a tout pile un an, j’ai découvert Laurel en première partie du groupe Oh Wonder au Trabendo. Toute fluette, accompagnée de sa guitare, elle m’avait bluffée. Elle fait partie de ces voix qui vous restent en tête. Un follow sur Twitter plus tard et j’étais déjà l’une de ses plus grandes admiratrices.
Souvent assimilée à Lana Del Rey, elle a su s’émanciper de toute comparaison et créer un son qui lui est propre. Suite à la sortie de son premier album cet été intitulé DOGVIOLET, je ne pouvais pas rater sa première tournée européenne. C’est un jour de cours, j’arrive après la première partie (on me dit d’ailleurs que j’ai raté un sacré spectacle), mais j’attendais ce moment avec une impatience non contenue.

Il est environ 21h30 lorsque Laurel arrive sur scène, suivie de ses trois musiciens. On ressent qu’une réelle alchimie existe entre les quatre. Le guitariste porte même son merch, on aurait presque pu croire qu’il s’agissait d’un groupe si on ne savait pas que Laurel était une artiste solo. 
À peine arrivée sur scène, on comprend rapidement que le concert ne va pas se dérouler exactement comme prévu. Elle prend d’abord quelques minutes pour régler son pied de micro, en s’exaspérant: « Ça m’arrive à chaque fois ! » dit-t-elle avec humour.

Le concert commence avec All Star, extrait de son premier album. Bon choix, car le public oublie presque instantanément le mauvais départ et se laisse entraîner par les mélodies et la voix de la jeune chanteuse. Une voix qui, nous avoue-t-elle très vite, a été fragilisée par la tournée britannique précédant le concert de ce soir. Mais ce n’est pas une extinction de voix qui va l’empêcher de donner le meilleur d’elle-même. Elle exprime même son envie de faire la fête mais « life being a rock star is not actually a rock star life » lance-t-elle, alors que son manager lui ramène un thé au miel sur scène.
Le concert se poursuit avec Lovesick, le premier single de l’album sorti en mai dernier, qui semble très bien résumer les thématiques soulevées par l’opus dans son intégralité : les histoires d’amoureuses houleuses qui ne finissent pas forcément de façon très positive. 
S’en suit Hold Tight, qu’elle décrit comme étant « la seule chanson heureuse de l’album » et qui fut probablement l’un des moments forts de la soirée. L’adrénaline redescend un peu pour Sun King, que Laurel interprète seule, à la guitare, et qu’elle nous confie être son titre préféré de l’album. Bien que malade, sa voix résonne et envoûte la salle silencieuse et captivée. Il y a de la magie dans l’air de l’intimiste Pop Up du Label. 

Énième obstacle au bon déroulement du concert : la guitare de Laurel se désaccorde. « J’ai trop la flemme de l’accorder à l’oreille et ça se retourne contre moi quand j’en ai le plus besoin ! ». Elle profite de cette petite pause pour nous avouer que Paris est sa ville préférée et que malgré le fait qu’elle n’aie jamais joué ici en tant que tête d’affiche, elle y vient très souvent. Elle nous parle également de son livre, The Mutterings Of A Laurel, en vente sur son stand de merch, qui regroupe des passages de son journal intime alors qu’elle terminait son premier album. Elle reprend avec South Coast, un titre très important pour elle, qui raconte avec mélancolie son enfance au bord de la mer. Adored, probablement l’un de mes titres préférés de l’album, rempli bien sa fonction de single avec son tempo plus rapide et sa mélodie entrainante, que le public chantonne avec enthousiasme. 

Le concert se termine avec Life Worth Living et Laurel nous annonce qu’elle doit écourter la setlist des trois titres. Le concert se termine sans rappel, afin de préserver sa voix pour la tournée à venir. Malgré les aléas, le public n’est pas déçu. Elle promet tout de même d’être de retour bientôt, en meilleure forme, avec une setlist plus longue.

Tags:
Kahi
Kahi
hachi.kahina@gmail.com