We Will Punk You! | Bastian Baker
817
post-template-default,single,single-post,postid-817,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Bastian Baker

We Will Punk You! : Tu rentres d’une tournée aux États-Unis aux côtés de Shania Twain. Les américains ont l’air de t’avoir plutôt bien accueilli : peux-tu nous parler un peu de cette tournée, ce que ça t’a apporté ?

Bastian Baker : C’est clair que c’est une tournée XXL quoi, c’est une des cinq plus grosses tournées cette année et du coup le fait de faire la première partie ça veut dire jouer devant 15 à 17 mille personnes tous les soirs et forcément ça a été une exposition incroyable, ça va être à peu près 80 dates sur l’année on va atteindre à peu près 1 millions de spectateurs, donc c’est, rien qu’en terme d’exposition et de chiffre, c’est hallucinant. Puis après personnellement ça a été une expérience hyper forte j’ai découvert tellement d’endroits hallucinants et j’ai aussi vraiment appris à gérer un public en étant que guitare/voix, je suis tout seul sur scène pour faire ça. Et puis je pense que ça nous a encore plus rapproché avec Shania et puis toute la petite famille donc forcément une expérience hyper positive.

 

WWPY! : Ton nouvel album Bastian Baker a été produit aux États Unis : en quoi cela a-t-il influencé son écriture ?

BB : Alors il y eu à peu près une soixantaine de chansons qui ont été écrites dans un intervalle d’une année et demi, une période d’une année et demi… et toutes dans des genres vraiment différents avec des auteurs compositeurs qui venaient de mondes différents, des producteurs qui venaient de mondes différents, j’avais vraiment envie d’explorer et à la fin les 14 titres que j’ai choisi sur l’album sont peut-être les plus surprenants, les plus intrigants, les plus différents aussi, de ce que j’avais fait auparavant, j’avais envie de revenir à quelque chose d’un peu plus cool.  Donc le fait que ça ait été fait aux États-Unis en soi a pas influencé mon écriture, c’est les gens avec qui j’ai travaillé qui ont influencé mon écriture, et voilà ces gens se trouvent être aux États-Unis.

 

WWPY! :Bastian Baker est un choix de titre intriguant pour un quatrième album. Ça sonne comme un nouveau départ. Pourquoi ce choix ?

BB : Effectivement le choix du titre éponyme peut paraitre un peu surprenant pour un quatrième album c’est plus quelque chose qu’on fait sur le premier album mais en même temps si tu regardes de manière plus large, ça va être mon premier album dans énormément de territoires, que ça soit aux Etats Unis, en Australie…, et du coup ça fait du sens. Et puis aussi c’est vraiment un album qui regroupe tellement de facettes différentes de ma musique et de ma personnalité et de mon caractère que j’ai pas trouvé de titre en fait vraiment qui soit capable de résumer tout ça en une phrase et je me suis dit que la manière la plus simple de le décrire c’était juste de le nommer comme moi finalement, de manière assez simple, sobrement.

 

WWPY! : A quoi peut-on s’attendre avec ces nouvelles chansons ? Il y en a-t-il une en particulier que tu as hâte de nous faire découvrir et/ou dont tu voudrais partager une anecdote ?

BB : Alors les nouvelles chansons, elles vont toutes être adaptées au live, on va partir en tournée l’année prochaine, on va faire un début de tournée en mars on passera notamment par la maroquinerie le 18 mars, donc ce sera une occasion déjà de venir découvrir ces nouvelles chansons. Et puis après chaque chanson a sa propre anecdote, chaque chanson a sa propre petite histoire. On peut parler d’une chanson comme Young par exemple, qui est une chanson très americana que j’ai écrite à Toronto, on était quatre mecs dans un studio et on se repassait simplement nos souvenirs de quand on avait 17 ans en boucle et voilà la première fois dans un bar avec une fausse carte d’identité, le premier drink, la première clope, le premier regard avec une jeune fille peut être un peu plus âgée que nous. Et c’est vrai qu’on s’est marré toute une après-midi à se repasser tous ses souvenirs et on a décidé finalement d’en faire une chanson, donc y a un côté très raconteur d’histoire dans celle-là.

 

WWPY! : Il y a un featuring prévu avec Anthony Palms sur l’album, tu peux nous en dire quelques mots ? Comment en es-tu venu à travailler avec lui ?

BB : Effectivement il a un featuring avec Anthony Palms sur l’album, donc je cherchais quand j’ai commencé à écrire Yokko et quand tout le concept autour de la chanson a commencé à être élaboré et quand on est partit sur ces instrus un peu plus agressive, un peu eighties, c’est vrai que je me disais que c’était typiquement le genre de son un peu à la The Weekend que j’ai beaucoup écouté l’année dernière, et j’aime beaucoup l’album, et du coup il a un titre, The Weekend, avec Kendrick Lammar que j’aime beaucoup et j’avais un peu dans l’idée de recréer un climat comme celui-ci et du coup je voulais un rappeur américain et j’ai fait ce qui paraissait le plus simple à ce moment-là, peut-être pas forcément qui paraisse le plus logique mais j’ai simplement encore une fois demandé à Shania Twain [rire] si elle connaissait pas quelqu’un qui puisse faire ce job et elle avait essayé une version d’une de ses chansons avec Anthony Palms justement, alors je l’ai contacté et il a été directement emballé, il a bossé sur quelques versions jusqu’à ce qu’on arrive à la version finale, et voilà aujourd’hui c’est un titre encore plus complet grâce à lui.

 

WWPY! : La pochette du single All Around Us est spéciale, elle change de tes artworks habituels. A-t-elle une signification particulière ?

BB : En fait l’artwork de All Around Us j’ai eu l’envie de le faire après avoir visité une expo, une galerie d’art, à Zurich, où il y avait un artiste Turc qui s’appelle Ata Bozaci qui fait des œuvres comme ça en fait qui part d’une photo et ensuite qui remodélise ce qu’il voit et du coup on lui a simplement envoyé une photo de moi, qu’il a travaillé et puis on trouvait que c’était un joli artwork du coup on a gardé ça.

 

WWPY! : Que va t’il se passer après la sortie de l’album ? Est-ce que tu prévois une tournée européenne en headline, passant par la France ?

BB : Après la sortie de l’album effectivement, on va voir comment l’album résonne au près des fans et puis effectivement une petite tournée en mars où là, ce sera l’occasion de tester les chansons, tester le live en général avant de partir sur une tournée des festivals et puis une tournée plus conséquente à l’automne 2019, c’est un peu ça le plan. Comme je l’ai dit plus tôt dans l’interview il y a une date le 18 mars à la maroquinerie à Paris, ça fait longtemps qu’on a pas joué ici donc on se réjouit de revenir et de proposer les nouvelles chansons qui seront bien sûr mélangées avec certaines des anciennes chansons, certains des anciens titres, qui étaient un peu plus connus par ici.

WWPY! : We Will Punk You! est un webzine français. On termine toujours nos interviews en demandant aux artistes s’ils connaissent des groupes qui chantent en français ou dans une autre langue autre que l’anglais. En tant qu’artiste francophone qui chante en anglais, il y a-t-il des artistes non-anglophones qui chantent dans leur langue dont tu aimerais nous parler ?

BB : Oui il y a pleins d’artistes qui chantent dans pleins de langues que j’aime bien, là j’en ai un que j’aime bien ces temps, il s’appelle Victor Clay , il chante en portugais, c’est un artiste brésilien et j’aime beaucoup ce qu’il fait. Et puis après en artiste non anglophone dont je suis fan… en français, j’écoute peu de chose, mais je suis fan de Renaud, j’adore Renaud et puis Orelsan, c’est un peu les deux mecs que j’écoute qui chantent en français et voilà je pense que ça donne déjà une petite idée.

WWPY ! : Merci beaucoup pour ta disponibilité !

BB : Merci à vous, ciao !

Alix Bailleau
Alix Bailleau
contact7@wewillpunkyou.com