We Will Punk You! | The Lafontaines aux Étoiles
673
post-template-default,single,single-post,postid-673,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

The Lafontaines aux Étoiles

C’est au théâtre des Étoiles, ce vendredi 12 octobre 2018, que le groupe écossais The Lafontaines monte sur scène pour sa première tête d’affiche francophone. C’est à la suite du concert de Don Broco en mai dernier, où le groupe assurait la première partie, qu’il nous avait annoncé sa propre tournée européenne.

 

Les musiciens écossais, tirant leur inspiration de grands artistes comme David Bowie ou encore les Red Hot Chili Peppers –comme le précisent Kerr et Jamie dans l‘interview qu’ils nous ont accordée– sont venus promouvoir Common Problem, leur dernier album en date sorti en octobre 2017, ainsi que leur tout dernier single, Up, qui donnera son nom à la tournée.

C’est dans une salle assez peu remplie que le concert commence. Paria Deluxe, un groupe français pour la première partie, ne parvient pas réellement à émerveiller le public parisien réputé difficile à convaincre, mais réussit tout de même à les réveiller. Après un entracte d’une trentaine de minutes, le groupe venu tout droit du Royaume-Uni monte sur scène et on a soudain l’impression que la salle est totalement remplie : la foule adore le groupe et le transmet très bien.

 

The Lafontaines commencent par leur dernier single, Up. Un franc succès puisque tout le monde semble connaître les paroles. La foule commence doucement à danser et à sauter et les membres semblent ravis. Le groupe choisit une setlist parfaitement équilibrée entre leur dernier album Common Problem, et leur premier, Class. Ce n’est pas pour autant que les fans cessent de chanter, au contraire ; Les voix se font plus fortes à mesure que le concert avance. On remarque au fur et à mesure que la setlist est centrée sur des chansons très rythmées, où le frontman Kerr prend un grand plaisir à mélanger rap et chant. Ils ont affirmé préférer chanter ce type de chansons plutôt que celles plus calmes – comme All She Knows – et ça se montre très efficace puisqu’il n’y aucun moment de répit ou de calme, que ce soit pour la foule ou pour le groupe. Kerr profite d’ailleurs de l’arrangement de la salle pour grimper à tous les endroits à sa portée : il déchaîne le balcon des Étoiles, d’où il encourage le public à sauter, aux côtés de la scène. Il se retrouve dans la foule plusieurs fois, venant taper dans les mains des fans et chanter avec eux.

L’énergie et le bonheur que les quatre écossais dégagent est sans appel, notamment lorsque Jamie s’essaye au français et parvient à déclarer « Je suis le Mcdo ». Neil, le guitariste, ne cesse de sourire de toute la performance et on le voit souvent dans les bras de Kerr, tous deux manifestement très heureux de ce dernier concert du Up tour. Le groupe performe aussi Release The Hounds, après avoir affirmé que c’était leur chanson préférée à jouer sur scène en ce moment. On comprend très vite pourquoi : c’est une chanson très énergique, à l’image de tout le set, qui permet au public de danser et de crier le refrain. Au moment du traditionnel encore, Kerr annonce qu’ils ne feront pas semblant de quitter la scène mais qu’ils y resteront pour leurs trois dernières chansons : d’abord Asleep, puis Slow Elvis. Ces deux-là sont ensuite suivies de leur plus grand succès, Under The Storm. Le public crie les paroles et les membres semblent ne jamais vouloir quitter la scène. Quand ils se décident à le faire, c’est un public extatique que l’on retrouve au stand de merchandising et devant la salle pour rencontrer les quatre garçons qui restent longuement pour discuter avec leurs fans francophones.

C’est donc malgré un début de soirée qui s’annonçait presque triste à la vue d’une salle à grande moitié vide, que The Lafontaines a su remuer Paris et donner un nouveau souffle aux Étoiles, grâce à une énergie et une sincérité rares ainsi qu’à un public très fidèle qui a su les suivre jusqu’au bout. Pour en découvrir plus sur le groupe et leur venue à Paris, nous vous invitons à lire notre interview avec Kerr et Jamie, ici !

Daniela Machado
Daniela Machado
contact21@wewillpunkyou.com