We Will Punk You! | Movements au Backstage BTM
791
post-template-default,single,single-post,postid-791,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Movements au Backstage BTM

Enfin !
Enfin, Movements nous bénit de sa présence en France ! C’est au Backstage by the Mill à Paris, en ce 15 octobre pas très ensoleillé que les américains sont venus nous présenter leur sublime album Feel Something.

La tournée, initialement prévue avec I, The Mighty et Musket, se fera finalement avec Modern Error pour remplacer Musket. Les anglais sont accompagnés pour l’occasion, à la guitare, d’un frenchie que nous reconnaissons sans mal : Aurélien Mariat du groupe lyonnais Resolve. Mordern Error sera l’une des découvertes que je retiendrai cette année : le groupe présente un son accrocheur, travaillé, captivant, mélodique et vibrant. C’est exactement le genre de musique qui m’attire en ce moment et je suis très satisfaite d’être tombée sur leur chemin. Ils quittent la scène après avoir interprété Blackout Poetry, que j’installe immédiatement dans mon top 50 annuel et que j’ai déjà hâte d’écouter en boucle sur le chemin du retour.

I, The Mighty entrent en scène et je dois avouer que c’est une petite déception. J’avais particulièrement hâte de voir le groupe jouer car j’ai beaucoup aimé leur récentes sorties, mais ce qu’ils présentent en live ne sonne pas aussi bien qu’en studio à mon oreille.  Je chante en cœur les paroles des deux premiers titres interprétés : Degenerates et Pet Names, mais le reste du set ne me convainc pas tant que ça. Pour autant, une bonne partie du public déjà présent semble avoir fait le déplacement spécialement pour eux. Le groupe interprète une chanson à la demande d’un.e fan ; et s’ils sont heureux, alors je suis heureuse !

Pour de nombreuses personnes dans la salle, c’est une première fois, et pour moi aussi ! La salle est loin d’être complète mais ça n’a aucune importance ; j’ai tellement hâte de découvrir Movements en live que je sautille d’impatience. C’est finalement Movements qui prend le devant de la scène, et c’est avec Third Degree que le set commence. Le frontman d’un charisme fascinant, Patrick Miranda, fait honneur à sa scène en s’affichant avec un t-shirt EMO. L’ironie de la situation me fait doucement rire et je sens mon cœur à deux doigts de fondre sous l’émotion réelle qui s’empare de moi à l’écoute des chansons du groupe. A l’approche de Colorblind, on sent le public impatient. C’est visiblement une fan-favorite et la foule le fait savoir en se donnant corps et âme dans la déclamation du texte. L’émotion est palpable et Pat à l’air très satisfait de ce qu’il voit/entend quand le premier refrain arrive ; « Is there something wrong with me? This doubt is deafening beause you were gold but I’m color blind« .

Movements font honneur à leur album ainsi qu’à une bonne partie de leur premier EP Outgrown Things en interprétant trois chansons issues de ce dernier. Petite déception cependant, car ni Vacant Home ni Losing Fight ne figurent sur la setlist. Incroyablement puissantes, ces deux chansons auraient pu, je pense, souffler un petit air de nostalgie dans la salle. Malgré cette toute petite setlist de 11 chansons, Movements ont cependant réussi à me – nous ? – convaincre de leur talent, de leur honnêteté et de la beauté du message qu’ils tienne à faire passer à travers leur musique, depuis la douloureuse Deadly Dull jusqu’à la plus mouvementée Full Circle. Ils clôturent la soirée par l’infameuse Daylily, si triste qu’elle en devient merveilleusement belle, si belle qu’on en souffre en chantant avec eux ; « I think it’s time you gave yourself a little color, I don’t know much but I hear that red’s in style, I think it’s time you had another reason to stay for a while…« . Quelques larmes se perdent, des câlins réconfortants s’échangent dans le public. Puis les américains descendent de scène, sans promettre d’être de retour bientôt, mais on l’espère vraiment très fort.

[Setlist complète : Third Degree, Under The Gun, Worst Wishes, Hatchet, Colorblind, Deep Red, Deadly Dull, Kept, Full Circle, Suffer Through, Daylily.]

Auxane Beau
Auxane Beau
auxane@wewillpunkyou.com

J'aime beaucoup trop d'artistes pour pouvoir en faire une liste ici mais retenez déjà Casey et Boston Manor, ça ira pour commencer !