We Will Punk You! | Kodaline au Trianon
781
post-template-default,single,single-post,postid-781,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

Kodaline au Trianon

 

C’est une salle comble qui se presse en ce dimanche soir dans la salle de Pigalle. Presque trois ans après leur venue à l’Olympia, le groupe Irlandais Kodaline revient en France pour présenter son troisième album, Politics of Living. Et c’est toujours un succès.

Après avoir loupé la première partie, on se presse dans un Trianon bondé, rempli de fans extatiques. Kodaline est un groupe qui n’a plus rien à envier aux plus grands. Fans de la première heure amassés au premier rang et ambiance électrique, le groupe débute son set sur Follow Your Fire, premier titre de leur album sorti le 28 septembre dernier. Toute l’énergie de Kodaline nous frappe comme au premier jour, et le concert s’enchaîne, entre nouvelles chansons plus rythmées et balades emblématiques : on retiendra particulièrement la foule chantant Honest à tue-tête, single bien connu de leur deuxième album, Coming Up For Air, ou découvrant Head Held High, issu de leur dernier opus, digne des meilleurs bandes originales Disney.

Vers le milieu du concert, le chanteur Steve Garrigan laisse ses compagnons regagner les coulisses un moment, et se présente face au public, seul, en acoustique, un peu vulnérable dans son trop grand sweat-shirt rouge vif. C’est le moment où il interprète The One, balade romantique qui touche droit au cœur, écrite pour le mariage de l’un de ses amis proches. Les lumières des téléphones s’allument, on a l’impression d’un moment de communion.

Le moment unique du concert, est, à notre sens, l’interprétation d’une de leurs nouvelles chansons : I Wouldn’t Be. Pas vraiment emballés par la version studio, le live lui donne une toute autre dimension : les quatre garçons de Kodaline réunis sur le devant de la scène interprètent la chanson en chœur, à la manière d’une balade traditionnelle Irlandaise, et les harmonies de leurs voix renvoient une lumière douce dans une salle silencieuse. Un moment fort qui restera gravé dans les cœurs, et qui a failli nous mettre la petite larme à l’œil.

Le spectacle s’enchaîne ensuite sur quelques chansons que le public connaît par cœur : Love Like This, One Day et Raging font vibrer les voix et au moment du rappel, c’est la foule qui crie pour faire remonter le groupe sur scène. Ils reviennent volontiers, et le chanteur qui a tenté toute la soirée de parler français nous remercie une nouvelle fois, avant d’entonner leur succès All I Want, balade mélancolique qui fait toujours mouche. High Hopes clôture ce set de presque une heure et demi avec un pincement au cœur mais l’envie de chanter, car c’est ça l’effet Kodaline : celui d’une mélancolie heureuse, d’un doux-amer qui nous fait toujours rêver. On quitte le Trianon avec le sourire, dans la quiétude et le bonheur d’un dimanche soir réussi.

 

[Setlist complète : Follow Your Fire, Brand New Day, Ready, Honest, Brother, Shade A Tear, Head Held High, The One, Angel, I Wouldn’t Be, Love Like This, One Day, Born Again, Raging, Love Will Set You Free. Encore : All I Want, High Hopes.]

Tags:
Lola Gille
Lola Gille
contact10@wewillpunkyou.com

Fille formidable possédant un humour notoire et des goûts musicaux variés. Je peux écouter du gros rock des familles comme des petits groupes obscurs du fin fond de la France comme du One Direction. Ma passion avec la musique c’est le féminisme inclusif et être énervée.