We Will Punk You! | State Champs à la Maroquinerie
840
post-template-default,single,single-post,postid-840,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

State Champs à la Maroquinerie

La quintette américaine State Champs nous fait le plaisir de revenir en ce pluvieux 11 novembre à la Maroquinerie : salle dans la quelle ils avaient déjà joué lors de leur dernière venue en Mai dernier. Cette fois ci, ils nous présentent leur nouvel opus Living Proof, sorti en juin de cette année. Pour couronner le tout, ils ne sont pas venus seuls ! Non, ce sont bien 3 groupes qui les accompagnent : Woes, Stand Atlantic et pour finir, Seaway.

La soirée commence avec Woes, dans une salle qui peine à se remplir. Le petit groupe Écossais, encore assez nouveau sur la scène pop-punk, commence à monter doucement mais surement, se faisant une petite place dans le cœur des fans français avec un set de 7 chansons qui donne le départ à une soirée qui ne fera que de monter en pression.

Ils sont ensuite suivis par le groupe australien Stand Atlantic, pas inconnu du public car il était déjà présent en mai dernier avec la tête d’affiche. Rafraichissant, le groupe est mené par une chanteuse, ce qui est malheureusement encore assez rare sur nos scènes. Bonnie Fraser ne laisse pas cela l’intimider pour autant car avec son charisme incroyable elle parvient à réchauffer instantanément la foule, glissant au passage un commentaire sur le fait que, la dernière fois, seulement 3-4 personnes les connaissaient alors que cette fois ci beaucoup plus de monde semblent au rendez-vous. Le groupe enchainera chansons sur chansons, reprises en grande partie par cœur par le public : Lavender Bones, Coffee At Midnight ou encore Skinny Dipping. L’ambiance à ce stade est très énergique, ce qui continuera de monter en puissance avec l’arrivée du dernier groupe en ouverture : les canadiens de Seaway. L’ambiance est tout de suite beaucoup plus agitée au fur et à mesure que le groupe enchaine les huit chansons qui compose leur set.  Particulièrement, c’est leur titre Lula On The Beach qui soulève la foule.

Enfin, c’est le moment tant attendu de la soirée. La salle remplie d’une énergie bouillante accueille State Champs sur le morceau Criminals, issu du nouvel album Living Proof, entonné par toute la salle à l’unisson. Le concert suit son cours à coup de circle pits et de nombreux mosh pits, suivis de quelques crowd surfers. Le groupe nous régale avec une setlist de 18 chansons, mélant de nombreux titres de leurs albums anciens comme récents. Puis, l’ambiance se tamise un court instant lorsque Dereck Discanio enfile sa guitare acoustique et commence à chanter If I’m Lucky, une jolie chanson très émotionnelle. Le guitariste Ryan Scott Graham se libère de son t-shirt et nous délivre un petit passage politique annonçant qu’ils étaient au courant que leur président Donald Trump était présent à Paris, mais qu’ils ne le supportaient en aucun cas. Suivi d’un très fier et bruyant « Fuck Donald Trump! » qui causera la folie dans la foule et des cris d’encouragements. State Champs terminent le set avec deux chansons en rappel : finissant par l’incontournable Secrets, avant de s’éclipser hors de la scène sous des tonnerres d’applaudissements et un public chauffé à bloc. En bref, cette soirée qui s’annonçait correcte s’est terminée en une soirée qui continuera à en faire revenir plus d’un ! On remercie State Champs et on vous dit ainsi à la prochaine !

 

Naomi Hadietou
contact22@wewillpunkyou.com