We Will Punk You! | EDEN à la Maroquinerie
1274
post-template-default,single,single-post,postid-1274,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-14.5,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,wpb-js-composer js-comp-ver-5.4.7,vc_responsive

EDEN à la Maroquinerie

La salle est à peine remplie en ce jeudi soir, lorsque nous nous pressons pour passer les portes de la Maroquinerie. Une surprise, lorsque l’on sait que quelques mois plus tôt à peine, EDEN a su remplir un trabendo entier de fans suspendus à ses lèvres. Hormis les émules du premier rang, c’est en groupes éparses que les gens affluent, dans l’attente du concert. Mais chez We Will Punk You!, on a appris à ne pas se fier aux foules : pas d’à-priori. Surtout lorsque l’on connaît déjà la qualité de la musique d’EDEN, et que l’on a écouté en boucle son excellent dernier album VERTIGO.

Après une première partie pleine d’énergie qui nous restera en mémoire –AU/RA, une adolescente aux allures de magical girl et aux chansons pop entraînantes-, on sent que la salle commence à vibrer d’impatience. À juste titre.

EDEN c’est un projet à lui tout seul, et il nous en donne la preuve ce soir. Épaisse fumée et lumières stroboscopiques, tout est fait pour qu’on retienne seulement les halos lumineux présents un peu partout sur la scène, en détournant l’attention de son visage. Si Jonathon Ng, alias EDEN, est timide et ne souhaite pas forcément se mettre sous le feu des projecteurs, ça ne l’empêche pas d’enflammer le public de la Maroquinerie. Autour de nous, les fans –dont beaucoup de personnes anglophones-, chantent et dansent malgré le rythme parfois assez mélancolique des mélodies.

EDEN suit presque minutieusement l’ordre des chansons de son album, mais on ne peut pas le blâmer : les transitions sont si belles et travaillées qu’on n’aurait pas voulu qu’il en soit autrement. Polyvalent, sans cesse campé à un bout ou un autre de la scène pour jouer de ses quatre pianos, il nous envoûte de sa voix grave. Le cadre fait beaucoup, les lumières bougent en rythme et malgré la minuscule scène de la Maroquinerie, on sent une envie d’esthétisme travaillée. Ça marche, c’est efficace, c’est beau. On en demandait pas plus pour rentrer dans un monde tantôt mélancolique, tantôt teinté de joie.

[Setlist complète : wrong, take care, start//end, wings, crash, icarus, gold, nowhere else, « dive » (unreleased), « first to the studio, last one out » (unreleased), XO, forever//over, Fumes, float, stutter, End Credits, Gravity, wonder, rock + roll, Wake Up.]

Photos : Colin Savercool

Tags:
Lola Gille
Lola Gille
contact10@wewillpunkyou.com

Fille formidable possédant un humour notoire et des goûts musicaux variés. Je peux écouter du gros rock des familles comme des petits groupes obscurs du fin fond de la France comme du One Direction. Ma passion avec la musique c’est le féminisme inclusif et être énervée.