We Will Punk You! | Being As An Ocean à la Maroquinerie
2595
post-template-default,single,single-post,postid-2595,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive

Being As An Ocean à la Maroquinerie

Il est de notoriété publique que Being As An Ocean aime la France, et elle le lui rend bien. La formation américaine est de retour à La Maroquinerie ce 25 avril en compagnie des prometteurs Holding Absence et des fabuleux Counterparts.

La salle est remplie à moitié à l’heure où les lumières se baissent, mais on peut apercevoir de nombreux t-shirts à l’effigie de la première partie.

Holding Absence ont connu un succès mérité après leur venue en novembre dernier en ouverture d’As It Is. C’est leur très bon premier album qu’ils viennent défendre devant le public parisien.

Même si la foule est éparse après le quatrième rang, leur énergie remplit peu à peu la salle. De nombreux fans se retrouvent aux pieds de Lucas Woodland, hurlant les paroles, souriants comme jamais. La voix de Lucas transcende la salle et convainc les plus sceptiques. Les Gallois sont heureux et le montrent – et leur bonheur est contagieux. Leur setlist est très courte mais très efficace. Des titres comme Like a Shadow ou Monochrome prouvent que le groupe est fait pour le live. C’est néanmoins pendant Penance, la dernière chanson du set, que l’on comprend leur ampleur. Des gens hurlent les paroles en pleurant, Lucas semble transporté, et c’est avec force que les fans crient “I deserve to be happy now”.

Holding Absence

La foule change pendant les vingt minutes d’attente. De nouveaux fans se placent dans la foule, désormais beaucoup plus nombreuse, pour attendre Counterparts.

Les Canadiens ne sont pas revenus depuis leur concert à la Flèche D’or – désormais fermée – en 2016, leurs fans les attendaient donc avec une très grande impatience. Et personne n’a été déçu.

Dès la première chanson, Brendan montre son talent. Sa voix résonne avec celles de la foule. Les gens se poussent, tombent, crient, sautent encore plus haut à mesure que le concert avance. Des chansons comme Monument ou Stranger animent le groupe qui semble rentrer dans une transe musicale dont on ne se lasse pas. L’expérience est presque onirique, les fans chantent à s’en faire mal aux poumons. Adrian, Blake, Tyler et Kyle portent le set, font vivre les chansons et montrent chacun à leur tour leur talent.

Brendan s’arrête souvent pour parler au public. Il leur raconte sa gratitude, son amour pour eux, pour l’équipe qui les accompagne en tournée. Il invite les fans à monter sur scène pour chanter avec lui, à donner tout ce qu’ils ont. Puis il enchaîne avec The Disconnect, un morceau de 2011 qui prouve que le groupe a su se renouveler et s’améliorer sans jamais perdre son talent d’origine.

Counterparts sortent de scène en ayant marqué les cœurs et les esprits du public français.

Counterparts

De retour à Paris après cinq mois, Being As An Ocean savent qu’ils y trouveront un public très fidèle.

Les lumières, placées sur le sol de la scène, allument La Maroquinerie une dernière fois pour accueillir le groupe. Ils commencent avec OK et la foule est déjà conquise. Les gens sautent, se poussent et hurlent les paroles. Joel est sur le bord de la scène et ne cesse de pointer son micro sur la foule pour qu’elle puisse chanter avec lui. Dissolve résonne fort lorsque les fans crient, seuls, le refrain. Being As An Ocean est un groupe qui ne cesse d’impliquer son public dans ses concerts. Joel descend dans la foule pratiquement à chaque chanson, il donne le micro, participe aux moshpits. C’est ce qui rend le concert encore plus unique, on a l’impression de faire partie d’une très grande famille. Leur setlist se limite à 11 chansons, le même nombre que Counterparts. Elle est courte, donc, mais extrêmement efficace. La voix plus calme de Michael contre-balance parfaitement celle de Joel.

L’énergie qui court dans la salle est incroyable, elle mêle amour et respect. Joel le fait remarquer lorsqu’il dit que ce public est le plus respectueux qu’il ait rencontré et qu’il restera gravé dans leurs mémoires. Il rappelle aussi que Paris restera toujours leur deuxième maison.

Ils finissent sur The Hardest Part Is Forgetting Those You Swore You’d Never Forget. Joel redescend une dernière fois dans la fosse, les fans surfent sur la foule, sourient, ont la main sur le cœur.

Being As An Ocean

C’est un trio de groupes qui marquera les esprits, tant par le talent que par la bienveillance et l’énergie extrêmement positive dont ils émanent tous, chacun à leur façon.

Retrouvez les photos du concert dans notre galerie !

Daniela Machado
Daniela Machado
machado.daniela@outlook.fr

Perdu dans pratiquement tous les domaines, mais j’ai un super chat donc ça passe. Et je pourrais donner mon coeur à Linkin Park.