We Will Punk You! | KEDR LIVANSKIY : LA FÉE MYSTIQUE DE RUSSIE CAPTIVE LE BADABOUM
2908
post-template-default,single,single-post,postid-2908,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive,elementor-default

KEDR LIVANSKIY : LA FÉE MYSTIQUE DE RUSSIE CAPTIVE LE BADABOUM

Si vous êtes adepte de la musique électronique russe ou si vous avez juste envie d’avoir l’impression d’être dans une rave à cinq heures du matin alors qu’il en est dix-huit, il se peut que Kedr Livanskiy soit tout juste la pop star qu’il vous faut.

À la frontière entre l’ange et l’elfe, c’est une créature éthérée et féerique qui apparaît devant nous. Après quelques problèmes techniques et une première entrée en scène ratée, c’est à 21h55 que la jeune russe foule enfin le sol du Badaboum.

Des baskets usagées, un vieux jogging, des cheveux en queue de cheval et une présence scénique qui en défierait plus d’un.e, il ne suffit de rien à Kedr Livanskiy pour émaner une aura qui rayonne dans toute la salle et au-delà.

Elle se place derrière ses platines et son ordinateur, micro à la main. Mystérieuse, mystique, elle lance alors une introduction suivie par le titre Ariadna, issu de son premier album du même nom sorti en 2017, dont le clip rassemble plus de 350 000 vues.

Kedr Livanskiy est peu bavarde : elle mélange son russe natal et un anglais approximatif en se faisant comprendre à moitié par un public presque envoûté. En effet, ses vocaux aérés et captivants ajoutent à la dimension fantasmagorique que prend doucement le concert. Il se peut que nous ayons atterri sur une autre planète et peut-être même que les aliens essaient de nous faire passer un message…

Des fans lancent des pétales de rose sur la scène, décrochant un sourire de la chanteuse, qui les remercie.

Juste avant de commencer Your Name, elle explique d’une voix fluette qu’elle a écrit ce morceau pour son ex petit ami pour qui elle s’était fait tatouée « Your Name ». Tout droit sorti d’un rêve, rappelant l’univers vaporeux d’un film de Sophia Coppola, le clip colle d’ailleurs parfaitement à l’atmosphère nostalgique et dreamy de la chanson.

Un peu comme un DJ set, elle enchaîne les titres de la setlist, mélangeant titres récents et plus anciens, une musique froide et romantique, hantée et angoissante, à l’image des paysages du village de Russie où elle a grandi.

Je retiens Kiska, ma favorite de l’album Your Need qu’elle vient promouvoir ce soir, sorti début mai. Des beats punchy et un lyrisme nuageux, Kedr installe paradoxalement une atmosphère mélancolique tout en faisant danser la foule.

Elle continue avec Sky Kisses et Why Love. Bien que sortis tout récemment, le public chantonne déjà les mélodies et tente de suivre, marmonnant un vague yaourt, massacrant sûrement les jolies paroles russes de la chanteuse.

Tradition chez Kedr Livanskiy, elle termine par la chanson avec laquelle elle a commencé, Ariadna et le public est d’autant plus chaud qu’au départ.

Pas de rappel mais le public est conquis et le concert est un succès… En espérant qu’elle revienne vite !

Kahi
Kahi
hachi.kahina@gmail.com