We Will Punk You! | Our Last Night + As It Is au Trabendo
3058
post-template-default,single,single-post,postid-3058,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive,elementor-default

Our Last Night + As It Is au Trabendo

C’est dans un Trabendo plongé dans le soleil que le public retrouve Our Last Night pour un concert en tête d’affiche parisien pour promouvoir leur dernier album, Let Light Overcome. Les américains sont accompagnés du groupe britannique As It Is, habitué des tournées européennes celle-ci étant leur troisième en l’espace de quelques mois. The Sunday Sadness, une formation française, aurait dû les rejoindre sur leurs trois dates françaises mais a dû annuler quelques heures avant le concert.

As It Is dispose donc de près d’une heure de set au lieu de leurs trente minutes habituelles. Nombreux sont les fans portant des tee-shirts à l’effigie du groupe dans la foule, compacte. Lorsqu’ils montent sur scène, même les personnes qui ne les connaissaient pas sont surpris par un tel talent. Ils jouent majoritairement des chansons de leur dernier album, The Great Depression.

Alistair Testo et Benjamin Langford-Biss

Ce sont des messages forts que transmet As It Is, notamment avec des chansons comme The Stigma (Boys Don’t Cry) – qui dénonce la masculinité toxique – et les titres deviennent encore plus forts lorsqu’une centaine de personnes crient les paroles dans un endroit aussi clos qu’une salle de concert.

L’absence de The Sunday Sadness permet à As It Is de jouer des chansons qui ne sont pas présentes sur leur setlist, comme Dial Tones, l’un de leur plus grand succès. Les moshpits s’enchaînent, les gens surfent sur la foule, hurlent les paroles.

Ronnie Ish

Comme à leur habitude, As It Is a su surprendre et conquérir le public parisien. Personne ne ressort indemne de cette fosse transpirante et énergique.

La fosse se remplit et c’est devant une salle presque complète que Our Last Night monte sur scène. On peut remarquer, contrairement à leurs derniers concerts, qu’ils choisissent une setlist plus “heavy”, les moshpits et circle pits deviennent alors part majoritaire du concert.

Trevor Wentworth

Le seul défaut du groupe, défaut devenu récurrent et souvent critiqué, c’est la voix de Trevor Wentworth, chanteur principal. Ses cris sont impeccables mais ses passages plus mélodiques laissent à désirer. Malgré tout, le public ne laisse rien paraître et hurle les paroles de toutes leurs chansons, des plus récentes – comme Bury The Hatchet – à de plus anciennes comme Same Old War. Là où manque la technique vocale, Our Last Night sait imposer une énergie incroyable à la foule. Les chansons deviennent de véritables hymnes.

Chaque membre du groupe joue avec les fans, communique avec eux. De véritables interactions permettent de mettre en place une atmosphère accueillante, familiale.

Matt Wentworth

Des chansons comme Sunrise montrent la puissance de ce groupe presque amoureux de son public français. Une chanson sur la détermination et l’espoir, porteuse de paroles fortes, que le Trabendo entier entonne en criant.

Our Last Night est un groupe fort et classique qu’il faut avoir vu au moins une fois, pourvu que l’on ne s’attarde pas sur la performance vocale de Trevor.

Pour plus de photos de cette soirée, rendez vous sur notre galerie !

Daniela Machado
Daniela Machado
machado.daniela@outlook.fr

Perdu dans pratiquement tous les domaines, mais j’ai un super chat donc ça passe. Et je pourrais donner mon coeur à Linkin Park.