We Will Punk You! | Real Friends + Grayscale + Belmont à Londres
3222
post-template-default,single,single-post,postid-3222,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-17.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-5.6,vc_responsive,elementor-default

Real Friends + Grayscale + Belmont à Londres

Vendredi 18 octobre, Electric Ballroom, Londres. (photo non contractuelle)

C’est en pleine capitale anglaise, dans le quartier de Camden que WWPY ! se retrouve en ce weekend d’octobre pour la deuxième date de la tournée Européenne de Real Friends. Pour l’occasion, les américains se sont entourés de Grayscale et Belmont – deux groupes, eux aussi, américains.

Belmont

19h et il fait nuit dans les rues de Londres. On entre dans la salle et déjà, les premières notes du set de Belmont retentissent devant une fosse bien remplie. Comme à son habitude, le public anglais répond présent et les premiers mouvements de foule démarrent rapidement tandis que d’autres spectateurs remuent simplement la tête, une bière à la main. Mais l’énergie du groupe est, quant à elle, bien présente et ses membres nous entraînent sans mal avec eux.

Leur setlist se compose principalement de chansons issues de leur album éponyme à laquelle s’ajoute leur dernier single, By My Side ainsi que deux titres de leur EP Between You & Me : 731 et Overstepping. Un set court (30 minutes) mais efficace qui annonce le ton de la soirée.

Grayscale

C’est au tour de Grayscale de s’emparer de l’Electric Ballroom. La formation vient présenter son dernier album, Nella Vita et on a hâte de le découvrir en live.

La salle se teinte de violet alors que les membres montent sur scène et qu’In Violet démarre. Le premier couplet est joué devant une foule qui écoute attentivement tandis que la tension monte et explose dès le premier refrain. Le public scande les paroles, le pit s’agrandit, un crowdsurfer s’élance, ouvrant la voie pour les suivants.

L’enthousiasme et l’énergie qui émanent du pit ne feront alors que croître tout au long de la soirée – et ce, malgré le caractère parfois peu joyeux des paroles.

S’en suit alors Baby Blue, autre single de Nella Vita – les mains se lèvent, les voix se font entendre et l’Electric Ballroom prend alors des airs de piste de danse. Il n’y a pas à dire, les Pennsylvaniens savent communiquer avec leurs fans. Ils continuent alors avec deux titres issus de leurs autres albums : Palette (What We’re Missing) et Mum (Adornment) – pour le plus grand plaisir de la fosse. Les crowdsurfs se font plus nombreux, de même que les moshpits et autres mouvements de foule. Ensuite, c’est YOUNG qui retentit et le public prend plaisir à répondre au chanteur Collin en faisant les chœurs de la chanson. Les mots sont chantés voire criés à tue-tête. L’ambiance est festive et le pit – majoritairement féminin – est réactif. Painkiller Weather et In My Arms sont la prolongation parfaite de ce moment qu’on aimerait voir continuer indéfiniment. Mais c’est là que le quintette choisit d’intercaler Old Friends, l’une des balades de Nella Vita. Un titre à la saveur particulière puisqu’évoquant l’un des sujets principaux de l’album à savoir le suicide du cousin de Collin Walsh. La foule est conquise et chante en chœur durant cet instant qui se veut suspendu dans le temps.

Et puis, Grayscale nous fait reprendre peu à peu conscience avec Fever Dream pour finir en apothéose sur l’incontournable Atlantic – dernière chanson du set. Là encore, les paroles sont connues du public qui n’hésite pas à donner de la voix, sauter, danser, crier et crowdsurfer. L’ambiance et la performance sont telles que l’on regrette déjà que ce soit la fin ; on aurait bien écouté quelques chansons supplémentaires. Mais le fait de savoir qu’il reste encore un set nous réjouit.

Real Friends

20h45, le headline de la soirée fait son entrée sur la scène. Les musiciens se mettent en place et les premières notes de Get By retentissent alors que Dan Lambton se fait presque attendre. En réalité, on est juste impatient.

Le voilà qui arrive et le set démarre sur les chapeaux de roues. Le pit se réouvre instantanément et les voix des spectateurs se mêlent alors à celle du chanteur. L’énergie ne faiblit pas et on se laisse volontairement happer par ce climat qui agite la salle.

Quelques crowdsurfs viennent ponctuer la deuxième chanson, Summer, et il n’en faut pas plus à Dan pour inciter les plus téméraires à s’élancer à leur tour sur la foule.

Les titres s’enchaînent, alternant entre les différents albums et EP de la formation mais cela ne semble guère déranger le public qui connait chacune des paroles des chansons proposées ce soir. Les rythmes dynamiques et mélodies entraînantes se suivent sans que le pit ne montre le moindre signe de fatigue Au contraire, il nous semble même que la vigueur redouble et on apprécie clamer ces paroles cathartiques avec le reste des fans. A plusieurs reprises des circles pits sont ouverts, notamment sous la demande du chanteur qui semble prendre un réel plaisir à performer devant la réponse de l’audience.

Puis, le set ralentit le temps de deux chansons ; Sixteen et I’ve Given Up On You. Le public écoute, attentif. Les bras s’entrelacent et les fans unissent leur voix sur le refrain du deuxième titre, tant et si bien que Dan, tout sourire, les laisse même entamer le deuxième couplet. Les deux parties s’accordent. Le moment est court mais intense.

Déjà, la fin de la performance approche et Me First vient relancer de plus belle les mouvements de foule. Le quintette prend plaisir à jouer devant le public de l’Electric Ballroom – les quelques sauts et pas de danse esquissés sur scène en témoignent. On sent le groupe heureux d’être là et cela fait chaud au cœur.

Ils termineront par From The Outside, précédée de quelques mots de la part de Dan. Le chanteur explique que pour avoir un environnement sain et se sentir bien dans sa peau, il faut commencer par être bienveillant avec les personnes autour de soi et que si on a l’occasion d’être bienveillant et positif, il ne faut pas hésiter à le faire. Et c’est un peu l’état d’esprit qui a d’ailleurs dominé tout au long du concert avec des moshers prenant soin les uns des autres.

Et si on avait peut-être quelques doutes avant de pénétrer dans l’Electric Ballroom, inutile de dire que ces derniers se sont très vite dissipés. C’est un réel engouement ainsi qu’une ambiance saine et festive qui émanent de ce concert. On ressent également un fort sentiment d’appartenance lorsque la foule s’unit et partage le même état d’esprit. Les performances des groupes associées à l’atmosphère qui régnait, nous ont plus qu’enthousiasmés et on sort de la salle, le cœur et l’esprit comblés par cette incroyable soirée.

Setlist : Get By, Summer, Smiling on the Surface, Mess, Stand Steady, Old Book, Unconditional Love, Composure, Maybe This Place is
the Same…, I Don’t Love You Anymore, Floorboards, Late Nights In My Car, Sixteen, I’ve Given Up On You, Me First, From the Outside.

Darlène Chabrat
Darlène Chabrat
darlene-c@hotmail.fr

Mon temps se partage principalement entre concerts, voyages et équitation. Dans le pit, vous me retrouverez certainement en train de chanter des paroles plutôt approximatives et danser la macarena.