Boston Manor + Modern Error au 1999
3303
post-template-default,single,single-post,postid-3303,single-format-standard,bridge-core-2.0.6,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-19.3,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Boston Manor + Modern Error au 1999

Lundi 04 novembre 2019, le 1999, Paris.

C’est au milieu du 11eme arrondissement de Paris qu’ont décidé de se produire Boston Manor, et le 1999 affiche complet. Après un passage au Zénith de Paris avec Good Charlotte en février dernier, ils reviennent pour leur toute première tête d’affiche parisienne et sont accompagnés de Modern Error.

Modern Error

C’est devant une salle se remplissant peu à peu que les anglais de Modern Error montent sur scène. Les lumières resteront bleues durant tout leur set, se mélangeant parfaitement avec l’esthétique de leur dernier album Lost In The Noise. La foule semble un peu timide mais le quatuor dirigé par Zak Pinchin ne se laisse pas démonter. Ils performent des morceaux de leur dernier album, comme le très bon Blackout Poetry. Modern Error est un groupe à fort potentiel mais qui a presque l’air de débuter par moments. Les notes sont un peu fausses, et les problèmes de son récurrents – bien que ce ne soit manifestement pas de leur ressort. La fosse reste presque statique mais les quelques fans venus spécialement pour le groupe semblent ravis, et c’est aussi là qu’on retrouve la beauté du set ; à travers les yeux des fans. Modern Error essayent de transmettre un message d’espoir et de positivité pour les gens menant un combat contre eux-mêmes à cause de maladies mentales ou de relations toxiques. Un message toujours important à entendre.

Malgré la fragilité de leur set, le groupe reste solide et leur dernier album une très bonne introduction à leur univers.

Modern Error, le 1999, Paris – 04 novembre 2019 / © Darlène Chabrat

Boston Manor

Le 1999 fait salle comble lorsque les cinq anglais de Boston Manor montent sur scène. Cette dernière est minuscule, la foule est serrée : la soirée s’annonce mouvementée.  C’est devant un public ravi qu’ils entament l’un de leurs derniers singles : Liquid. La foule hurle les paroles, les circles pits commencent, le groupe semble très heureux.

Henry Cox (Boston Manor), le 1999, Paris – 04 novembre 2019 / © Darlène Chabrat

Cette tournée européenne avait presque l’air d’un pari pour Boston Manor, surtout à Paris où ils n’avaient joué que deux fois auparavant et toujours en première partie. C’est néanmoins un pari réussi puisqu’ils réunissent une centaine de personnes, que ce soit des fans ou des personnes moins familières de leur musique.  

Les titres du nouvel album – comme Tunnel Vision ou Bad Machine – sont repris en cœur par tout le monde, les gens surfent sur la foule, la température monte. Boston Manor a tout d’un groupe qui n’a plus besoin de faire ses preuves, mais ils donnent tout de même de toute leur personne pendant près d’une heure de set. Un concert intimiste, transpirant sueur et joie de vivre, terminé en beauté sur le magnifique Laika et l’un de leurs titres les plus écoutés : Halo. Ce dernier est repris comme un hymne et clos une soirée extrêmement réussie.

Jordan Pugh (Boston Manor), le 1999, Paris – 04 novembre 2019 / © Darlène Chabrat

Modern Error a su s’immiscer dans le cœur de certains et ont commencé en beauté la soirée pour faire place à Boston Manor,  un groupe à revoir et à suivre de près, tant par leur talent que par leurs concerts mémorables.

Retrouvez plus de photos sur notre galerie.

Daniela Machado
Daniela Machado
machado.daniela@outlook.fr

Perdu dans pratiquement tous les domaines, mais j’ai un super chat donc ça passe. Et je pourrais donner mon coeur à Linkin Park.