Sam Fender + The Pale White à La Cigale
4077
post-template-default,single,single-post,postid-4077,single-format-standard,bridge-core-2.0.6,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-21.2,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive

Sam Fender + The Pale White à La Cigale

Après seulement trois mois d’absence, Sam Fender revient déjà en France, cette fois-ci dans une salle plus grande que La Maroquinerie où il avait joué en novembre dernier. Le britannique est une étoile montante de la scène ; nommé aux Brits et auteur d’un premier album en tête des ventes. Là où il réussit à remplir des salles légendaires comme Alexandra Palace à Londres, il parvient à réunir un peu moins d’un millier de personnes dans la capitale française.  

Aucun album n’étant sorti entre les deux dates, seulement un single, le public peut se demander en quoi le concert à La Cigale sera different de celui à La Maroquinerie.  

The Pale White

Les anglais sont accompagnés de The Pale White, un groupe qui semble beaucoup plaire à Sam puisqu’ils ont déjà ouvert pour lui lors de sa tournée européenne au printemps 2019.  

The Pale White est un groupe comme on en connaît beaucoup. Ils savent chanter, leurs titres sont entraînants – bien que répétitifs -, les instruments sont très bien maîtrisés mais on reste sur notre faim malgré tout. Ils ne semblent pas encore capables de se démarquer de l’immense scène indie britannique.  

Leur set est rythmé par leurs titres les plus connus et la salle – comble puisque les gradins étaient fermés – comptent quelques fans, criant les paroles et soutenant leur groupe favori.  

The Pale White est un groupe qui a du potentiel et du mérite et qui s’est tout de même beaucoup amélioré depuis le concert au Badaboum en avril dernier.  

The Pale White, La Cigale, Paris – 24 février 2020 / © Alexandrine Shenouda

Sam Fender

C’est avec un léger retard que la formation anglaise monte sur scène. La salle est remplie. Derrière tous les instruments, on peut apercevoir un immense backdrop a l’effigie de Sam Fender et ses musiciens.  

La setlist est peu plus longue que la dernière fois, mais ce qui est le plus marquant c’est les nombreux sourires de Sam, il se stoppe souvent pour parler avec ses fans, se moque doucement de son groupe, chante joyeux anniversaire à une personne dans l’audience. C’est un Sam beaucoup plus heureux et épanoui qui est monté sur scène ce soir-là.  

Sam Fender, La Cigale, Paris – 24 février 2020 / © Alexandrine Shenouda

Ses titres phares comme Millenial ou Play God sont repris en cœur par tout le public lorsqu’il les commence mais c’est un morceau comme Hold Out qui retient un instant l’attention du public. Sam le dédit à ses fans de la première heure et, deux ans après sa première Maroquinerie en première partie de Declan Mckenna, la chanson sonne encore plus juste et mature, embellie par les centaines de voix qui la reprennent en cœur.

Hypersonic Missiles est un véritable hymne, très probablement une de ses meilleures chansons en live. Le public saute et fait trembler le parquet de La Cigale, hurle les paroles. Tout le monde, surtout le groupe, semble heureux, personne n’arrive à s’empêcher de sourire.  

Tom Ungerer, La Cigale, Paris – 24 février 2020 / © Alexandrine Shenouda

Si Sam Fender n’a plus rien à prouver, ses musiciens non plus. Dean Thompson, Tom Ungerer, Drew Michael, Joe Atkinson et Johnny « Blue Hat » Davis portent le concert et prouvent encore une fois que ces chansons sont faites pour le live.  

C’est un concert qui pourrait sembler similaire à celui de La Maroquinerie mais qui est pourtant totalement différent. Sam Fender est né pour la scène et il y semble si épanoui et heureux qu’il arrive à transmettre ces émotions à son public. Ses concerts deviennent des rendez-vous obligatoires et ne déçoivent jamais.  

Retrouvez les photos du concert juste ici.

Daniela Machado
Daniela Machado
machado.daniela@outlook.fr

Perdu dans pratiquement tous les domaines, mais j’ai un super chat donc ça passe. Et je pourrais donner mon coeur à Linkin Park.