Alec Benjamin + BOY IN SPACE + APRIL au Trabendo
Webzine musical. Nouveautés, live reports, interviews et critiques d'artistes de tous genres musicaux.
3859
post-template-default,single,single-post,postid-3859,single-format-standard,bridge-core-2.0.6,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,hide_top_bar_on_mobile_header,qode-theme-ver-24.1,qode-theme-bridge,disabled_footer_bottom,qode_header_in_grid,wpb-js-composer js-comp-ver-6.0.5,vc_responsive,elementor-default,elementor-kit-4575

Alec Benjamin + BOY IN SPACE + APRIL au Trabendo

Les places pour son concert au Trabendo se sont arrachées en un rien de temps ! Alec Benjamin, artiste à la sensibilité contrôlée, nous a envoûtés ce lundi 21 novembre à Paris. À l’occasion du Caught In The Middle Tour, le chanteur s’est produit dans la capitale, accompagné d’April et de Boy In Space.

April,Trabendo, Paris – 21 novembre 2019 / © Auxane Beau

            La foule est bien à l’heure pour assister au spectacle du jour. Rapidement, April s’installe sur scène en compagnie de sa guitariste et toutes deux nous livrent quelques balades sur lesquelles nous nous laissons bercer. Ce passage dans son univers doux ne dure que quelques minutes et nous laisse tout juste le temps de nous échauffer pour la soirée à suivre.

Boy In Space, Paris – 21 novembre 2019 / © Auxane Beau

La deuxième partie bookée ce soir, Boy In Space, révèle Robin Lundbäck, déjà connu du public français pour avoir fait partie du groupe suédois JTR. Quelques fans se font repérer dans le public : nombreux sont ceux qui connaissent déjà l’artiste et sa musique. Guitare en main, il interprète aux côtés de son claviériste une demi-douzaine de chansons globalement entraînantes. Énergétique, passionné, le chanteur laisse une belle impression dans la salle comble du Trabendo. Visiblement d’excellente humeur, il enchaîne les blagues et s’essaye au français entre deux chansons de lover : « Bonjour, ça va ? Je t’aime, tchin tchin ! » enchaîne-t-il, entre autre, avant de préciser « Oh tchin tchin, we used that one a lot yesterday… ». Le charisme et l’énergie de Boy In Space sont des atouts précieux pour le public ce soir, qui lui réserve un accueil très digne et de plus en plus rare pour des premières parties. Il laisse ainsi la foule conquise, bien en forme pour accueillir la tête d’affiche.

Alec Benjamin,Trabendo, Paris – 21 novembre 2019 / © Auxane Beau

            Très attendu sur scène pour cette date complète, Alec Benjamin apparaît enfin aux alentours de 21h15. Face au succès grandissant de son single Let Me Down Slowly et à sa récente nouvelle couverture médiatique, Alec Benjamin peut désormais passer outre ses débuts difficiles et apprécier le support que le public français lui réserve.

            C’est avec Boy In The Bubble que l’américain démarre son set. L’atmosphère générale du concert est immédiatement installée : les fans chantent toutes les paroles par cœur. La sensibilité d’Alec Benjamin n’échappe à personne et se retranscrit bien par sa voix, douce et poétique, et sa musique, tout aussi apaisante. Son talent principal réside cependant, à mon humble opinion, dans sa surprenante capacité à raconter des histoires. À travers ses écrits, il nous invite dans sa bulle et nous partage sa vulnérabilité. Des titres comme If I Killed Someone For You ou encore If We Have Each Other le démontrent bien. Cette dernière, largement reprise par les fans présents, semble être une favorite. C’est personnellement l’une de ses chansons qui me touche le plus car il rappelle l’importance des personnes qui nous entourent : un parent, un amoureux ou une amoureuse, un enfant… Ayant moi-même une grande sœur qui est ma personne préférée au monde, c’est ce dernier couplet qui m’a donné le plus d’émotion : « I’m 23 […] and I’m scared to be alone, So I’m thankful for my sister, even though sometimes we fight, When high school wasn’t easy, she’s the reason I survived, I know she’d never leave me and I hate to see her cry, So I wrote this verse to tell her that I’m always by her side […] The world’s not perfect, but it’s not that bad, If we got each other, and that’s all we have, I will be your brother, and I’ll hold your hand, You should know I’ll be there for you. ».

            Nous nous laissons facilement transporter par la douceur et la beauté des chansons interprétées. Le concert passe incroyablement vite, car malgré l’impression de répétition qui se dégage des mélodies d’Alec Benjamin, les histoires qu’il nous raconte prennent vie et nous emportent. Comme une bonne partie des jeunes chanteurs-compositeurs, ses chansons évoquent l’adolescence, les premiers amours, la difficulté qu’on ressent parfois à s’intégrer ou à réussir… La sixième chanson jouée est The Book of You and I, une chanson non-sortie qu’il présente comme une chanson écrite à propos de sa première petite amie et donc de son premier chagrin d’amour. L’artiste nous confie qu’il se rassure en présentant d’abord ses chansons en live à son public, avant d’en enregistrer des versions studios. Le public semble aujourd’hui conquis, attendri par la conclusion de cette chanson : Alec Benjamin peut se sentir rassuré !

Alec Benjamin,Trabendo, Paris – 21 novembre 2019 / © Auxane Beau

Il nous présente ensuite une grande majorité des titres de son album Narrated For You (Steve, 1994, Must’ve Been the Wind…), avant d’introduire encore une nouvelle chanson, Mind Is A Prison ! Ce titre exclusif est l’un de ceux que l’on retiendra ce soir : entrainant, poignant, la chanson semble particulièrement touchante, d’autant plus qu’elle est parfaitement interprétée. La fin du concert approche. Alec nous parle de son amour pour Paris. Il nous raconte que c’est la ville qui a vu naître son premier concert de rue : le chanteur a pris pour habitude d’aller jouer en extérieur, gratuitement, dans les queues de concerts d’artistes dont la musique est similaire (Shawn Mendes ou encore Troye Sivan), afin de présenter ses chansons aux fans. Il remercie chaleureusement la foule et interprète son plus récent single Jesus in LA, avant de quitter la scène quelques minutes avant l’encore.

            Devant une salle complète et enchantée, il joue ainsi ses deux derniers morceaux : l’incontournable Water Fountain (dont on vous conseille vivement le visionnage de la version live tournée à Séoul, comprenant un mash-up de Fake Love de BTS) ainsi que le fameux single qui l’a rendu célèbre : Let Me Down Slowly. La foule chante à pleins poumons et le public encourage l’artiste en éclairant la scène de plusieurs petites lumières étincelantes.  C’est tout pour aujourd’hui, mais Alec Benjamin nous promet de nouvelles chansons, très bientôt ! On a hâte de découvrir ce qu’il nous réserve pour l’année prochaine.

            [Setlist complète : Boy in the Bubble, Swim, Outrunning Karma, If I Killed Someone for You, If We Have Each Other, The Book of You and I, Steve, Paper Crown, 1994, Must’ve Been the Wind, My Mind Is a Prison, Death of a Hero, Jesus in LA. Encore : Water Fountain, Let Me Down Slowly.]

Auxane Beau
Auxane Beau
auxane@wewillpunkyou.com

J'aime beaucoup trop d'artistes pour pouvoir en faire une liste ici mais retenez déjà Casey et Boston Manor, ça ira pour commencer !